jeudi 13 octobre 2022

Une équation pour une Société et des Territoires de la Bienveillance

Je propose dans la présente publication une équation mettant en jeu 5 ingrédients pour investir la bienveillance, aussi bien individuellement que collectivement, dans l'idée de cheminer vers la Société et des Territoires de la Bienveillance dont j'ai lancé l'idée :


Le même schéma est aussi disponible en version pdf.

L'ordre dans lequel sont donnés les ingrédients a toute son importance. Comment bâtir une Société et des Territoires de la Bienveillance sans considérer en premier lieu la tolérance

jeudi 6 octobre 2022

Aidants : Prendre soin de moi ?¿

Ce jeudi 6 octobre 2022, c'est la journée des aidants familiaux.

L'"aidant familial" est une personne qui vient en aide d'une personne proche de sa famille. Cette dernière étant dépendante ou handicapée. Cette aide a un caractère "non professionniel" (à différencier avec un aidant professionnel). Le terme "proche aidant" ou "aidant" élargit le terme "aidant familial" aux personnes qui aident à titre non professionnel, tout en n'étant pas un membre de la famille de la personne aidée. 

Depuis quelques années, notre société a pris conscience de l'importance des aidants pour maintenir les personnes aidées à leur domicile (caractère notamment économique) et souvent au milieu de leurs proches (caractère d'humanité).

Des lois ont été votées pour donner des droits aux aidants : droit au répit, congés, temps partiels, aides financières, ... (cf Guide ministériel du proche aidant).

mercredi 28 septembre 2022

Articulation des responsabilités individuelle et collectives : ça chauffe !

Où il sera question dans cet article de l'articulation des responsabilités face aux enjeux sociétaux, et notamment les enjeux climatiques et un sujet brulant de l'actualité : le coût du chauffage ce prochain hiver.

De la QVT à l'écologie

Dans de nombreux articles que j'ai rédigés pour laqvt.fr (site internet sur la QVT - Qualité de Vie au Travail), j'ai évoqué un enjeu central : l'articulation entre responsabilités individuelle et collectives. Le dossier Articulation des responsabilités y est consacré.

Le schéma ci-dessous résume différents enjeux et une double dynamique verticale : 

  • descendante et classique (qui part de la responsabilité collective vers la responsabilité individuelle) 
  • et ascendante (qui part de la conscience et l'action individuelle vers la conscience et l'action collective). 


Ressortent de ce schéma 3 grands niveaux de responsabilité :

  • la responsabilité individuelle (ce que je pense et fais pour moi-même)
  • la responsabilité interpersonnelle (ce que je pense et fais pour toi en lien avec ce que tu penses et fais pour moi)
  • les responsabilités collectives (ce que nous pensons et faisons ensemble au sein d'un collectif ou d'une communauté, à toutes les strates de la société).
La QVT est vue comme un enjeu d'attention, de prise de décision, de conduite des actions et d'analyse des impacts des actions, au sein d'un cercle vertueux faisant vivre notamment les valeurs de bienveillance (porter attention et agir), de confiance, d'humilité et gratitude.

Cet enjeu d'articulation des responsabilités vise à s'extirper de phénomènes peu productifs, improductifs voire contre-productifs dans lesquels on se renvoie dos à dos les responsabilités individuelles et collectifs. Cela a été particulièrement flagrant avant 2010 sur les questions de santé psychique au travail où le mouvement patronal réduisait les questions de stress au travail à une fragilité individuelle alors que les représentants des salariés et les chercheurs et experts de la santé au travail pointaient la dimension collective et systémique (les conditions de vie au travail impactent la santé psychique).

Face à la situation d'emballement climatique, je vois de la même façon un enjeu central d'articulation des responsabilités avec ces deux types de dynamique : du collectif à l'individu et de l'individu vers le collectif. Un équilibre des responsabilités que j'ai abordé d'une façon différente avec l'enjeu de bienveillance dans mon article récent Equation des responsabilités de bienveillance. Le schéma ci-dessous qui part de l'individu, résume cette équation :

samedi 10 septembre 2022

La bienveillance via la justesse et la fluidité sur quelques verbes cardinaux

En décembre 2018, j'ai publié sur lesverbesdubonheur.fr un diaporama commenté sur les enjeux du bonheur à travers des verbes (cf article contenant le diaporama Les enjeux du bonheur en verbes).

Dans ce diaporama, j'ai essayé de montrer en quoi nous pouvions nous parasiter la vie, voire la gâcher, par insuffisance ou défaut de justesse dans notre façon d'aborder les verbes fondamentaux être, avoir, faire, penser, ressentir, apprécier et reconnaître. Par exemple, assumer "je suis ce que je suis", "j'ai ce que j'ai", et "je fais ce que je fais", et leur translation en négatif ("je ne suis pas ce que je ne suis pas ..."). J'ai abordé ces verbes au passé, au présent et en projection, espérance, planification, ... de l'avenir.

La première partie de ce diaporama évoque le rapport à nous-mêmes et la deuxième le rapport à autrui, avec exactement les mêmes ressorts, les mêmes pièges et les mêmes impacts en terme de bienveillance, de tolérance, de cercle vertueux ou vicieux qui s'entretient. On peut prendre conscience ainsi que le niveau de bienveillance à soi et à autrui sont étroitement liés et qu'il est très très facile de se mettre en stress et de mettre en stress autrui par une forme de rigidité psychologique et comportementale dans la déclinaison quotidienne de ces verbes. 

lundi 22 août 2022

Lâcher prise face au désagréable

 


Les choses désagréables que l'on nous dit à notre propos

Vous connaissez l'expression "entrer par une oreille et sortir par l'autre". Une expression qui peut résumer la saine attitude que l'on peut adopter quand quelqu'un nous dit quelque chose de désagréable méchamment à propos de nous-mêmes. Une attitude pour ne pas accorder d'importance aux propos, d'autant plus quand ils ne sont pas pertinents.

Maintenant, s'ils peuvent nous être utiles, on pourra toujours y revenir plus tard pour en extraire la substantifique moelle, mais la priorité du moment est de ne pas se laisser entraîner dans une spirale de rumination contre l'autre et/ou soi-même. Elle est aussi de faire comprendre avec bienveillance à l'autre qu'il est inutile qu'il recommence, ou alors seulement dans un mode constructif et bienveillant.

Les pensées sur nous-mêmes

Outre les propos désagréables qui peuvent nous être servis par autrui, il y a aussi les pensées négatives sur nous-mêmes. De la même façon que pour les mots que l'on nous dit, nous pouvons ne pas accorder notre attention aux pensées qui nous envahissent sur nous-mêmes. Le docteur Russ Harris, auteur du livre "Le piège du bonheur", excellent livre de vulgarisation sur la thérapie d'acceptation et d'engagement (ACT - Acceptation and Commitment Therapy), livre un chiffre : 80% de nos pensées sont négatives. Et beaucoup sont d'un côté non pertinentes (il y a à boire et à manger) et d'un autre côté une partie d'entre elles sont des pensées sur soi-même avec son lot de pensées dévalorisantes, anxiogènes, autoculpabilisantes, ... Il y propose des modalités très pratiques pour faire face à nos pensées et émotions désagréables, et notamment l'idée d'expansion (autre formulation de celle d'acceptation) pour leur faire de la place tout en refusant de les suivre dans une spirale qui peut s'avérer à la fois descendante et grande consommatrice de notre énergie, de notre vitalité et de notre attention.

La méthode "Olé !"

J'ai élaboré en 2018 la méthode "Olé !" présentée à l'époque sur lesverbesdubonheur.fr dans l'article La méthode "Olé !" face aux affronts et à l'autoflagellation.

Elle avait cette double visée : les propos qui nous sont adressés par autrui à nous-mêmes et aussi les pensées désagréables sur nous-mêmes. J'y décris un intérêt spécifique : celui de pouvoir l'activer à n'importe quel moment d'une rumination, qu'elle ait débuté il y a 2 minutes ou qu'elle soit récurrente depuis des années. Je ne développe pas plus ici et vous renvoie sur l'article en référence.

Les choses désagréables que l'on nous dit sur autrui

Pour la médisance sur autrui dont on nous abreuve, la stratégie mérite d'être un peu différente : en effet, la passivité, la non-réaction face à de la médisance est souvent très exactement ce qu'attend la personne médisante. Et ne rien faire est une forme de complaisance qui ne garantit qu'une seule chose : c'est la reproduction à l'infini de cette médisance dans la suite de la relation avec cette personne. Outre le fait qu'il serait très probablement présomptueux de croire que cette vipère ne crache pas sur nous dès notre dos tourné, la qualité d'une relation n'a rien à faire de la médisance qui agit comme un poison et peut finir un beau jour à la façon de la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Faire preuve d'assertivité (affirmation de soi) en refusant d'entrer dans le jeu de la personne complaisante me semble relever d'une approche gagnant-gagnant et de la bienveillance envers soi-même, la personne médisante et évidemment la personne sujet de la médisance.

vendredi 5 août 2022

Equation des responsabilités de bienveillance

Une amie très proche s'est donnée la mort récemment. J'ai ressenti l'envie et le besoin de partager des enjeux de bienveillance inspirés de sa vie, de sa mort tragique et également d'autres personnes que j'ai pu côtoyer ces dernières années. Des personnes qui ont montré, voire exprimé, des signes d'épuisement du fait d'un surengagement dans leur vie professionnelle, associative ou familiale. 

L'engagement à un projet, à un collectif, une communauté, ou à s'occuper ou à prendre soin d'autrui relève d'un premier terme d'une équation de la responsabilité de bienveillance : la bienveillance envers autrui ou envers un écosystème d'appartenance, à considérer à la première personne du singulier : 

  • je suis bienveillant envers toi (relation interpersonnelle en tant qu'humain, dans le cadre de mon travail, en tant que bénévole,... ) ;
  • je suis bienveillant envers ma cellule familiale, l'entreprise à laquelle je contribue, l'association dans laquelle je suis bénévole, ma communauté religieuse, ma commune, mon pays, la planète, ... En ce sens, je veille et je participe à la bonne santé de chaque écosystème et à leur vitalité. 

Quel que soit le bénéficiaire de cette bienveillance, la valeur que j'accorde à ce bénéficiaire est prépondérante. Dans une logique de cohérence et d'alignement, plus il me sera/semblera précieux, et plus je lui porterai de l'attention et plus je dépenserai de l'énergie à prendre soin de lui, en prenant conscience de l’interdépendance des choses, faisant de la bienveillance un ensemble de sujets et d'objets d’attention indissociables.

Cet engagement peut bénéficier de moteurs extrêmement puissants prenant la forme d'injonctions extérieures et d'introjections : "Sois fort(e) !", "Fais des efforts !", "Tu dois réussir !", "Fais plaisir !", "Donne une bonne image !", "Prends soin de ...!",... Il y a d'autres moteurs aussi puissants, tels que le diktat du faire, de l'avoir, de l'urgence, de la vitesse, de la réduction des coûts, de la mode, de l'excellence, …. Des moteurs qui peuvent surchauffer, s'emballer, tomber en panne, rendre l'âme. 

Un grand nombre de produits motorisés utilisés par l'industrie ou par les particuliers prévoient des cycles de fonctionnement, des programmes d'entretien, des détecteurs de surchauffe qui peuvent couper le moteur si besoin. 

Autant de mécanismes que, bizarrement, on ne retrouve pas souvent pour les humains. On pourrait même dire que la vie des machines fait l'objet de plus d'attention, de réflexion, de prévention que celle de la vie des humains, notamment dans le monde du travail. 

Quand le surengagement se fait jour, notamment quand la personne concernée émet des plaintes, des demandes, apparaît le 2ème terme de l'équation de la responsabilité de bienveillance : la bienveillance envers soi-même

Un tel niveau de responsabilité qui sonne souvent comme une forme de rappel à l'ordre à la personne en question : "Prends soin de toi !", qui peut s'ajouter à la liste des injonctions citées précédemment, quelque fois vécue comme injonction paradoxale. Une invitation qui peut surajouter une couche culpabilisante à la situation difficile vécue et qui peut s'accompagner d'autres phrases comme "Tu en fais trop !", "Tu es trop perfectionniste !", "On ne te l'a pas demandé !", “Laisse tomber, ce n’est pas ta responsabilité !”, ... teintées de maladresse, de mauvaise foi, de cynisme ou de manipulation, voire en multicolore. 

Ce type d'invitation, sans autre forme de geste de bienveillance, et notamment pour aider à trouver des solutions alternatives, représente en réalité un minimum syndical de bienveillance envers personne en danger qui peut se révéler contre-productif voire malveillant quand il relève de la perversion. 

En réalité, cette 2ème responsabilité mérite d'être appréhendée à la première personne du singulier, en tout temps, et pas seulement en zone de turbulence : je veux prendre soin de moi et je prends soin de moi.

Pour avoir un bon équilibre de responsabilité de la bienveillance, il faut nécessairement un 3ème terme à l'équation, réciproque du 1ier terme : la bienveillance d'autrui et de mes écosystèmes d'appartenance envers moi-même. Ce qui signifie :

  • 1/ qu'ils acceptent que je prenne soin de moi ;
  • 2/ et qu'ils prennent soin de moi.

Si cela fait appel à la responsabilité de bienveillance extérieure à moi, elle engage aussi la mienne et mes capacités d'assertivité. Notamment pour affirmer mon aspiration et ma détermination à prendre soin de moi, pour inviter à la réciprocité de bienveillance et pour rappeler à l'ordre face à des actes malveillants envers moi ou à une insuffisance de bienveillance à mon égard : étant donné que je suis bienveillant en conscience envers autrui ou un écosystème, j'attends en retour de la bienveillance de manière équitable (pas forcément en réciprocité stricte), dans une logique gagnant-gagnant

Nous aboutissons ainsi à l'équation suivante :

Équilibre des responsabilités de bienveillance =

Ma bienveillance envers autrui et mes écosystèmes d'appartenance

+ Ma bienveillance envers moi-même 

+ La bienveillance d'autrui et de mes écosystèmes d'appartenance envers moi-même. 


Ma conviction est que bon nombre de burnouts et de suicides par désespoir trouvent en partie leur source dans une défaillance de cet équilibre de bienveillance, avec une insuffisance voire une absence des deux derniers termes de l'équation et un premier terme qui prend une place exagérée et dangereuse, mais tellement profitable pour les personnes et écosystèmes qui bénéficient des actes de la personne surengagée. 

C'est un vrai enjeu de société, notamment dans le secteur de la santé, de l'éducation, dans le milieu associatif, pour les parents isolés, pour les femmes vivant dans des cellules familiales relevant du patriarcat, pour les aidants familiaux, chez les autoentrepreneurs, les entrepreneurs, commerçants, agriculteurs, dans les syndicats, chez les élus,... toutes les personnes qui se donnent corps et âme avec une insuffisance ou une absence 

  • de garde-fou pour leur qualité de vie,
  • et de considération par autrui de ce qu'elles font, de ce qu'elles sont, de leur état de santé, de leur qualité de vie, de leur besoin de reconnaissance et de justice. 

Une telle équation peut aider à tirer de justes et nécessaires enseignements d'évènements dramatiques consécutifs du sur engagement, et à bâtir des écosystèmes bienveillants prévenant et régulant le surengagement. 

Je publie en parallèle sur lesverbesdubonheur.fr le billet Un "prends soin de toi" qui passe mal en lien avec le présent article.


dimanche 26 juin 2022

De la médisance à la bienveillance


J'ai découvert il y a quelques semaines une vidéo extraite de l'émission "C à vous" sur France 5 dans laquelle André Dussolier a dit un texte de Victor Hugo que j'ai trouvé très savoureux.

J'ai eu l'envie d'écrire un texte pour rebondir sur ce poème de Victor Hugo, en contextualisant avec cette ère de communication numérique à tout va, et en reliant avec l'enjeu de la bienveillance sur lequel je travaille depuis 2019 et qui fait l'objet de ce présent site internet.

J'interprète ces deux textes successivement dans la vidéo ci-dessous :



Article épinglé

Problème DE bienveillance et AVEC la bienveillance

  Voici un bref constat en deux points sur ce qui ne va pas selon moi avec la bienveillance actuellement dans notre société. Avant d'en ...

Articles les plus consultés