lundi 26 février 2024

A trop tirer le fil ... du "Faire"

 

Je constate autour de moi depuis plusieurs années un phénomène qui habite beaucoup de personnes dans toutes leurs sphères de vie et quasiment tous les collectifs de toutes sortes (entreprises capitalistiques, coopératives, administrations, travailleurs indépendants, associations, collectifs de circonstance, communautés, ...) auxquels j'ai pu être confronté : le diktat conjugué du "Faire" et de l'urgence.

Or, à trop tirer le fil du "Faire" ...

  • On privilégie les solutions faciles à mettre en œuvre même si elles ont de gros inconvénients - que l'on va minimiser -, au détriment de solutions moins faciles mais vraiment satisfaisantes,
  • On va dans l'immédiateté sans prendre en compte le long terme, voire le moyen terme non plus.
  • On use les organismes humains, physiquement et psychiquement, et non humains (le vivant et les ressources de la planète),
  • On se dit pragmatique alors qu'on est en réalité dans le cynisme, voire la maltraitance, selon les principes bien connus "la fin justifie les moyens" et "on ne fait pas une omelette sans casser des œufs"  se donnant ainsi l'autorisation à commettre des dégâts collatéraux
  • Le collectif oublie de prendre soin de ceux qui font, ceux qui le porte, et ces derniers s'oublient eux-mêmes.
Considérons 3 questions autour du "Faire" :
  • Pourquoi : pourquoi je fais les choses ?
  • Quoi : qu'est-ce que je vais faire ?
  • Comment : comment je vais le faire ?

jeudi 8 février 2024

57 jours et quelques de trop, vus à travers la loupe de la bienveillance

Mardi 6 février 2024, Sébastien Boueilh, le Président de la dite "CIIVISE 2", était interviewé sur le plateau de l'émission de télé Quotidien. C'était le lendemain de son intronisation par la ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités Catherine Vautrin. La CIIVISE, c'est la Commission Indépendante sur l'Inceste et les Violences Sexuelles faites aux Enfants. Elle a réalisé un travail extraordinaire qui a abouti à 82 préconisations qui pourraient mettre notre société en ordre de marche coordonnée face à l'inceste et aux violences sexuelles, à contribuer à faire société bienveillante. 

Il a évoqué dans cette émission 57 jours difficiles pour lui : "Ces 57 secondes de silence ont représenté les 57 jours où du moment qu’on a été nommé, on a fait l’objet de critiques, d’insultes, de tout ce qu’on peut imaginer, justement grâce à ces réseaux sociaux. C’est affligeant.

Alors, moi qui me suis investi dans la modélisation d'une Société et de Territoires de la Bienveillance, et qui depuis mi-décembre 2023 ai décidé de m'engager derrière la CIIVISE historique en tant que citoyen et humain doté d'un cœur, d'une raison et d'une conscience, je vous propose une lecture à la fois distanciée et personnelle de ces 57 jours à travers deux éléments de modélisation que j'ai conçus : une échelle de la bienveillance en 3 segments : malveillance, absence de bienveillance et bienveillance, et 3 enjeux centraux de bienveillance : faire du bien, ne pas faire de mal et dénoncer, affronter, signaler le mal.

J'ai déjà consacré 4 articles autour des travaux et de l'historique de la CIIVISE :

57 jours de trop pour qui ?

Le 10 décembre 2023, le gouvernement à travers sa Secrétaire d'Etat à l'Enfance Charlotte Caubel a annoncé le renouvellement de la CIIVISE MAIS - et c'est là que ça coince très sérieusement - en changeant les co-présidents (le terme "éviction" a été consacré par les observateurs et les victimes de cette décision) et en faisant évolué ses missions.

A cette date précise ont démarré les 57 jours difficiles que Sébastien Boueilh a évoqués. 

Avec les deux casquettes que j'ai décidé de porter dans cette article, je comprends que Sébastien Boueilh ait pu ressentir un mauvais accueil par une partie de la population à sa nomination. Oui, si je me mets à sa place et si je lis la plupart des réactions sur les réseaux sociaux, ça me toucherait, ça me ferait mal de me voir attaquer alors que je défends une bonne cause. Par leur quantité de réactions négatives, par la violence de certaines, et aussi parce que Sébastien Boueilh a été aussi une victime de violences sexuelles.
Sauf  ... que je ne suis pas à sa place, et que si j'avais été à sa place, je n'aurais pas accepté de prendre la suite du juge Edouard Durand et que j'aurais démissionné comme les autres membres qui l'ont fait par ailleurs. J'aurais côtoyé et appris à connaître un serviteur de l'Etat et de la cause des enfants absolument hors norme et j'aurais été fier d'avoir pu contribuer à changer la donne sur le sujet de l'inceste et des violences sexuelles, étant déjà investi moi Sébastien Boueilh en tant que fondateur et président de mon association Le colosse aux pieds d'argile.
Donc oui, je comprends que Sébastien Boueilh ait pu souffrir 57 jours et que cela puisse continuer. Et si j'étais à sa place, je retournerai à bien faire mon travail dans mon association, là où je suis reconnu par toutes les parties prenantes que je côtoie. Vous connaissez la tirade dans Les fourberies de Scapin de Molière : "Que diable allait-il faire dans cette galère ?". Voilà le fond de ma pensée.

ET je comprends encore mieux que d'autres aient pu souffrir, aient vu leurs souffrances s'amplifier. Il s'agit en premier lieu des enfants victimes de violences sexuelles devenus adultes, et encore plus particulièrement celles et ceux qui sont venus témoigner auprès de la CIIVISE. 30 000 personnes qui ont vu leur souffrance repartir en flèche après avoir eu l'espoir d'une CIIVISE qui les a écoutés, crus, qui les a reconnus
Il est sûr que chaque souffrance est particulière, mais voilà, il y a d'un côté la souffrance d'un président et de sa vice-présidente, et de l'autre la souffrance presque certaine d'au moins 30 000 personnes parce qu'il y a aussi toutes celles qui n'ont pas témoigné. Je rappelle le chiffre effroyable : 5,5 millions de personnes ont été victimes de violences sexuelles dans leur enfance.

vendredi 19 janvier 2024

3 enjeux de bienveillance face à l'inceste



En novembre 2023, j'ai consacré un article à trois enjeux indissociables de bienveillance. Article que j'ai transformé en page à l'occasion de la rédaction du présent article dans la mesure où il m'est paru important que ces 3 enjeux constituent un élément de ma modélisation en tant que tel. Cette page s'intitule 3 enjeux de bienveillance : faire du bien, ne pas faire de mal, et signaler/dénoncer le mal.

Ce présent article est né de mon engagement en tant que citoyen depuis quelques semaines sur le sujet sociétal et crucial de l'inceste, de mes interactions sur le sujet, notamment avec le collectif Soutien Ciivise (sur Facebook, sur Instagram), et presque à chaud hier jeudi 18 janvier 2024 et ce vendredi 19 janvier 2024 aux deux événements dans le cadre de la caravane Mouv'Enfants organisée par Arnaud Gallais en partenariat avec C3S (Corse Stratégie Santé Sexuelle) et notamment la radio associative Frequenza Nostra en 4 étapes en Corse. Le premier événement à Ajaccio se passant hier au tribunal d'Ajaccio.

Je commence par faire un parallèle. Dans la page de référence évoquée en introduction, j'ai imaginé la situation où un homme agresse sexuellement une femme dans la rue. Tout passant a obligation par la loi d'intervenir, soit directement, soit en faisant appel aux forces de l'ordre, sous peine d'être poursuivi pénalement pour non-assistance à personne en danger. Jusque-là, je pense être à peu près entendable.

mercredi 10 janvier 2024

Il faut sauver la CIIVISE et le juge Edouard Durand


J'ai eu l'occasion à deux reprises récemment d'évoquer la CIIVISE et le juge Edouard Durand : Rapport de la CIIVISE sur les violences sexuelles faites aux enfants et Le juge Durand : rétablir la bienveillance et l'idée de bienveillance. Pourquoi ? Parce que j'ai vu dans les travaux de la CIIVISE et la façon de faire, un exemple de ce que l'on peut faire en matière de bienveillance, une illustration de ce que pourrait être une Société et des Territoires de la Bienveillance

C'est aujourd'hui l'homme et le citoyen qui s'exprime, avec toujours en filigrane le sujet de la bienveillance. Je propose mon résumé des événements qui se sont produits depuis le 11 décembre 2023.

Ce jour là, le gouvernement a mis fin au suspense concernant l'avenir de la CIIVISE (Commission Indépendante sur l'Inceste et les Violences Sexuelles faites aux Enfants) : il maintient cette commission au-delà du 31/12/2023, mais il change les orientations et écarte les deux-coprésidents Edouard Durand et Nathalie Mathieu, malgré la demande forte des associations de victimes et la lettre ouverte du 13 novembre 2023 de la Délégation aux droits des femmes du Sénat.

A la suite de cette annonce et des propos tenus par Charlotte Caubel la Secrétaire d'Etat à l'Enfance, 11 membres - plus de la moitié -  annoncent le 14/12/2023 leur démission (article dans Libération). Le 4/1/2024, ils expriment à nouveau leur inquiétude et leur colère (article dans Libération). Le même jour, plusieurs associations joignent leur voix dans une tribune (Blog de Médiapart).

Le 7/1/2024, nouvelle tribune portée par des activistes et le compte instagram @soutien CIIVISE (Blog de Médiapart), présent également sur Facebook.

Par ailleurs, une mobilisation a lieu sur les réseaux sociaux autour des hashtags #Ciivise, #SoutienCiivise, #MeTooInceste.

Le 8/1/2024, je lance une pétition avec une approche singulière : me mettre dans la peau de la CIIVISE : « Moi, Ineste CIIVISE, je vous demande de me sauver ! »

Alors qu'un remaniement est en cours, il est probablement temps que l'ensemble des parties prenantes joignent leurs voix pour peser le soutien de la société tout entière à l'équipe formidable qui a largement fait bouger les lignes et facilité la libération de la parole de 30 000 enfants victimes d'inceste devenus adultes. Une équipe qui est donc inquiète de l'avenir qui sera réservé aux 82 préconisations qu'elle a faites, à la préservation de la doctrine et à la nécessaire et juste prise en charge que la société doit faire pour la réparation du traumatisme des adultes touchés. 

Il s'agit aussi que les 30 000 personnes (imaginez ce chiffre !) qui ont témoigné (un "mouvement social" comme le nomme le juge Edouard Durand) puissent trouver enfin des dispositifs à la hauteur de leur traumatisme. Des dispositifs qui leur soient accessibles sur leur territoire et pris en charge par la société.

En résumé : rejoignons la Délégation aux droits des femmes du Sénat, les associations de victimes, les victimes, les professionnels qui soutiennent la CIIVISE mais qui ne se sont pas exprimés, les entourages des victimes, ... pour inverser la décision du 11 décembre 2023 et assurer la continuité des actions avec un extraordinaire porte-flambeau et cheville ouvrière : le juge Edouard Durand.

Je vous invite à faire entendre votre voix comme vous l'entendez compte tenu des différents canaux possibles. Et je vous invite notamment à signer la pétition née de la société civile (moi, citoyen lambda , engageant son cœur, sa raison, sa conscience et sa responsabilité) que j'ai lancée.

Cliquer ICI pour accéder à la pétition.

Et surtout ... propagez l'information tout autour de vous, et largement mieux que moi qui ne suis franchement pas un as en la matière.




samedi 16 décembre 2023

Le juge Durand : rétablir la bienveillance et l'idée de bienveillance

Le présent article est consacré au juge Edouard Durand, co-président de la CIIVISE (Commission Indépendante sur l'Inceste et les Violences Sexuelles faites aux Enfants). Commission qui vient d'être prolongée par le gouvernement au-delà du 31 décembre 2023 MAIS en évinçant le juge Edouard Durand, d'une manière que j'essaierai de qualifier dans la fin de cet article.

J'ai découvert le juge Durand - que je ne connais pas personnellement - à l'occasion de la publication du rapport de la CIIVISE le 17 novembre dernier. En consultant l'actualité autour de cette publication, j'ai relevé à plusieurs reprises le qualificatif "bienveillant" à son sujet. Etant donné mon implication sur l'enjeu de la Bienveillance dans notre société, cela a suscité mon intérêt et j'ai commencé à chercher des vidéos pour voir et écouter ses propos. Et j'ai très vite compris en quoi ce qualificatif me semblait tout à fait pertinent et très en lien avec la vision de la bienveillance que je promeus.

J'inclus ci-dessous deux vidéos : celle de l'audition de la CIIVISE devant la commission des lois de l'Assemblée Nationale le 19 juillet 2023 et celle devant la délégation aux Droits des Femmes au Sénat le 9 novembre 2023. Deux auditions où la CIIVISE était représentée par le juge Durand.

Les deux vidéos : 

lundi 11 décembre 2023

Voir et donner à voir | Exemple : les RERS, des pratiques de bienveillance - Partie 1


Dans le cadre de la série Voir et Donner à voir pour mettre la bienveillance en musique que j'ai démarrée par deux articles sur mon blog lesverbesdubonheur.fr, je vais prendre dans ce troisième article un exemple de dispositif hautement bienveillant dans lequel les deux dynamiques "Voir" et "Donner à voir" sont centrales.

Dans un premier article intitulé Voir et (se) rendre visible et accessible : une double dynamique de Bienveillance et d'Attention Réciproque, j'ai évoqué l'enjeu d'une telle dynamique pour la bienveillance et pour une bonne coopération dans notre société.

J'y ai évoqué l'intérêt pour chacun individuellement et aussi pour chaque communauté et collectif de se donner du temps pour voir et donner à voir situations, émotions, besoins, aspirations, être et faire.

"Voir" et "Donner à voir" sont deux dynamiques essentielles pour faciliter les partages de savoirs, l'altruisme et la coopération. Des échanges pour lesquels peuvent se jouer des enjeux de réciprocité. Et dès lors, il est intéressant de distinguer deux types de réciprocité : la réciprocité stricte et la réciprocité ouverte.

Jouons au jeu "Je sais ... Je ne sais pas ..."

Dites, ça vous dirait de jouer à un jeu avec moi ? Partons sur l'hypothèse hyper réaliste que vous avez répondu très spontanément "Oui". 
Je vous propose donc un jeu que j'ai appris avec Claire Héber-Suffrin, fondatrice avec son mari du dispositif de Réseaux d'Echanges Réciproques de Savoirs, RERS pour les intimes (l'association FORESCO est le mouvement français des RERS).

jeudi 7 décembre 2023

Voir et Donner à voir pour mettre la bienveillance en musique



J'ai démarré sur mon blog lesverbesdubonheur.fr et sur le présent site internet autourdelabienveillance.fr une série d'articles croisés autour de l'idée de deux dynamiques indissociables de la bienveillance : Voir et Donner à voir. "Donner à voir" est aussi intitulé selon les articles "(se) rendre visible et accessible".

Tous les articles de cette série visent à promouvoir l'idée qu'individuellement et collectivement nous avons tout à gagner pour vivre dans la bienveillance à associer deux dynamiques qu'il me semble important de relier :

  • Voir : individuellement, pour s'intéresser à autrui, à sa situation, à ses émotions, à ses aspirations et à ses besoins. Collectivement pour s'intéresser (sur les mêmes dimensions) aux membres du collectifs et aux autres collectifs, communautés, écosystèmes, et notamment ceux d'appartenance et ceux avec lesquels on coopère. C'est le "veillance" de "Bienveillance". Une "veillance" qui permet ensuite d'activer un deuxième volet : l'action (le "Bien" de "Bienveillance").
  • Donner à voir : pour être pris en compte et traité de manière bienveillante, pour être considéré de manière bienveillante au sein d'une coopération, d'un collectif, il est important de rendre visible ce qui peut être masqué, dans l'ombre sur les situations, les émotions, les aspirations et les besoins. Et aussi on peut donner à voir ce en quoi on pourrait aider, et plus largement, en quoi on peut apporter une contribution du fait de ses capacités, compétences, ressources, ...
Liste des articles dans leur ordre de publication: 
  1.  Voir et (se) rendre visible et accessible : une double dynamique de Bienveillance et d'Attention Réciproque, publié sur lesverbesdubonheur.fr. La bienveillance pour une situation donnée repose sur la bonne dynamique de "(Se) Rendre visible et accessible" d'une personne aidée et de "Voir" de la personne aidante. L'Attention Réciproque et l'idée de Société et de Territoires de la Bienveillance reposent sur la double dynamique "Voir" et "(Se) rendre visible et accessible" par toutes les parties prenantes, chacun ne restant pas le cas échéant sur une seule des deux dynamiques, voire aucune des deux.
  2. Bienveillance : chacun a une main pour donner et une main pour demander et recevoir , publié sur lesverbesdubonheur.fr, invite chacune et chacun à être des ambidextre de la bienveillance, à savoir bien utiliser ses deux mains, sans en favoriser une. Une main pour donner, pour prêter attention, pour l'altruisme et une main pour demander et recevoir les actes bienveillants d'autrui.


Article épinglé

Problème DE bienveillance et AVEC la bienveillance

  Voici un bref constat en deux points sur ce qui ne va pas selon moi avec la bienveillance actuellement dans notre société. Avant d'en ...

Articles les plus consultés